L'arrivée de bébé

Les dangers de l’exposition aux écrans pour les bébés

Téléphones, ordinateurs, télévisions, tablettes… Les écrans ont pris une place prépondérante dans nos vies et ce phénomène s’étend parfois aux plus jeunes membres de la famille. L’utilisation des écrans chez les bébés suscite des inquiétudes croissantes parmi les parents et les experts en santé infantile. Pourquoi les écrans sont-ils considérés comme néfastes pour les bébés ? Quelles sont les conséquences potentielles des écrans sur eux ? Pourquoi il est recommandé de limiter voire d’éviter, l’exposition des tout-petits à ces dispositifs ? On vous explique tout !

Bébé et écran : une fausse bonne idée

L’association “bébé et écran” est devenue monnaie courante dans de nombreux foyers, mais les professionnels de la santé mettent en garde contre cette pratique. En effet, les premières années de la vie d’un enfant sont cruciales pour son développement cognitif, émotionnel et physique. L’exposition précoce aux écrans, entre la naissance et l’âge de 5 ans, peut compromettre ces aspects fondamentaux. Pourtant, les pédiatres et autres spécialistes de la santé petite enfance tels que les orthophonistes, pédopsychiatres, psychologues… font le même constat très alarmant : les tout-petits sont de plus en plus exposés aux écrans et de plus en jeunes alors que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) déconseille l’utilisation des écrans avant l’âge de 3 ans.

Pourquoi les écrans sont mauvais pour les bébés ?

Les écrans émettent une lumière bleue et intense qui peut entraîner une surstimulation visuelle chez les bébés, dont les yeux sont encore en développement. Outre de possibles problèmes de vue, le temps passé devant les écrans remplace souvent les activités physiques essentielles au bon développement moteur et du cerveau des tout-petits. Un enfant doit expérimenter à l’aide de tous ses sens afin de se développer correctement. Il est essentiel qu’il joue, sorte, imagine, échange… De 0 à 5 ans, chaque interaction créée une connexion chez le bébé et construit son cerveau et son langage. Les interactions parents/enfants sont donc cruciales. Alors que penser des jeux, programmes ou applications qui se vantent d’être éducatifs ? Les prétendus bénéfices des émissions enfantines, applications et jeux sur le développement du langage sont contredits par les neurosciences. Pour apprendre à parler et enrichir son vocabulaire, l’enfant a besoin d’interactions avec une personne réelle. Les échanges humains permettent de décoder les mouvements liés à la production des mots, nourrissent les compétences sociales et affectives et les autres éléments essentiels à tout échange. D’autre part, la capacité de rêver et la créativité sont aussi des sources cruciales d’apprentissage et de développement pour l’enfant. Une utilisation excessive des écrans va appauvrir l’imaginaire de l’enfant et sa capacité à répondre à ses propres questions, à trouver des solutions à des problèmes inédits et à jouer de manière autonome.

Les risques d’une exposition aux écrans chez les bébés

  • Impact sur le sommeil :

Des recherches indiquent que l’utilisation précoce des écrans peut perturber le sommeil des bébés. La lumière bleue émise par les écrans peut inhiber la production de mélatonine, l’hormone qui régule le sommeil.

  • Développement du langage :

Les moments passés devant un écran sont autant d’opportunités manquées pour l’interaction et la communication. Les bébés apprennent beaucoup par l’observation des visages et des expressions, une interaction qui est souvent sacrifiée devant un écran.

  • Risque d’addiction :

L’exposition précoce aux écrans peut créer une dépendance chez les jeunes enfants, rendant difficile la transition vers des activités plus interactives et éducatives. En effet, les écrans ont un pouvoir addictif puissant chez les petits. Un enfant ne va pas arriver à se passer d’écran tout seul, bien au contraire.

  • Retard de développement :

Des études ont lié une exposition excessive aux écrans à des retards dans le développement du langage et des compétences sociales chez les tout-petits. Certains médecins de PMI (protection maternelle et infantile) s’inquiètent de bébés (entre 0 et 4 ans) complètement repliés sur eux-mêmes, dans leur « bulle », qui ne répondent pas à leur prénom et ayant des comportements proches de l’autisme, sans forme de langage ou de communication avec leurs parents.

  • Problèmes comportementaux :

Certains enfants exposés précocement aux écrans peuvent présenter des problèmes comportementaux tels que l’hyperactivité, la dépression, l’anxiété voire de l’agressivité dans certains cas.

  • Troubles de l’attention :

Les contenus très stimulants et rapides peuvent entraîner une surcharge sensorielle et captiver l’attention des tout-petits de manière excessive. Cela peut nuire à leur capacité à se concentrer sur d’autres activités plus calmes et à développer leur attention soutenue.

  • Risque d’obésité :

Certaines études de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) ont montré que les enfants exposés aux écrans dès 2 ans atteignent un taux de masse corporelle supérieure à la moyenne à l’âge de 5 ans, à cause d’une forme de sédentarité et de manque d’activité physique.

Nos conseils pour gérer l’utilisation des écrans :

Les écrans sont néfastes chez les bébés de façons diverses. Il y a le cas des petits qui sont exposés de manière directe aux écrans et ceux qui sont exposés de façon passive à l’écran de leurs parents (la télévision par exemple). On constate également un problème avec les parents qui, eux-mêmes sur leurs écrans, jouent moins, parlent moins et en bref interagissent moins avec leur enfant. Comment y remédier ?

  • Pas d’écran avant 3 ans
  • Limiter le temps d’exposition
  • Privilégier les écrans actifs
  • Alterner expérimentation virtuelle et réelle (comme le dessin sur tablette par exemple) 
  • Accompagner son enfant quand il est sur un écran jusqu’à l’âge de 9 ans

 

En résumé, il est crucial de protéger les tout-petits des écrans, dans les premières années de leur vie, afin de créer un environnement propice à un développement sain et équilibré. N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé infantile pour lui demander conseils.